Mysterious Academy
Bienvenue, venez nous rejoindre n'hésitez pas si vous avez des questions ou autres...


Un lycée bien étrange avec toutes formes de personnalités si particulières...
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Dim 25 Avr - 0:14

Baignés par les derniers rayons crépusculaires, deux personnes sortant de l'ordinaire se dirigeaient vers le lac gigantesque jouxtant les terrains de l'Academy. Ces deux personnes ne se connaissaient que depuis quelques heures et pourtant ils marchaient côté à côté comme s'ils s'étaient rencontrés il y a longtemps. La première se trouvait être une jeune fille, dans la fleur de l'âge, possédant des cheveux d'un rose pâle assemblés en couettes de chaque côté de sa tête. Sa tenue se résumait à un t-shirt d'un blanc immaculé et d'un pantalon dans des tons tout aussi clairs. La seconde n'était autre que... moi. un vampire, plus tellement dans la fleur lui. Vétu comme si l'on vivait encore au XVIIIè siècle, elle et moi creusions un fossé culturel. Mais tout ceci importait peu. Je devais faire découvrir à Naomi la "Cérémonie". Et comme je n'ai qu'une seule parole - seconde règle d'or de tout gentlemen -, je le lui montrerais. Cependant avec la nuit qui arrivait à grand pas, je devenais somme toute nerveux. Mais pas parce que nous étions seuls et que je pourrais la "croquer" à tout moment.

Cela viendrait plutôt de plus profond, un "truc" coincé qui me pincerait au coeur. Je m'enlisait encore un peu plus avant de me reprendre. Allons, ce n'est pas digne du grand Ashe. Je penchai un chouia la tête vers Nao pour m'enquérir de ses impressions sur la beauté des lieux d'un geste large du bras - l'autre étant occupé à tenir les deux torches pour les festivités ainsi que le sac de provisons devenu inutile en voyant son propre sac. La majesté de lieux me ravissait les yeux encore, avec les dizaines d'arbres centenaires et pour la plupart immense. Quelques saules pleureurs bordaient le long de l'immensité d'eau.

« Apprécies-tu les lieux ? Pour moi, je ne pourrais jamais m'en lasser. C'est d'ailleurs par ici la première fois... la seconde fois aussi. » Une once de tristesse passa fugitivement sur mon visage avant qu'un sourire avenant le remplace. « C'est fou, tant de souvenirs qui me revienne quand je suis avec toi. »

Il était vrai qu'avec elle, je passai sur les douloureuse et vieilles - mais alors très, très vieilles - blessures et j'en retirai que les meilleurs souvenirs. Nous avancions à bon rythme, mais il faudrait encore vingt bonne minutes avant d'arriver véritablement au lac. Le chemin que nous empruntions le prouvait par sa structure très travaillé et soigné. Un travail de longue haleine et d'une qualité exceptionnelle qui avait nécessité un grand apport de pouvoir. Le dallage fait exclusivement en marbre pur ne semblait toujours pas usé. Les petit dessin sur les bordures du chemin racontait l'orgine du mond, selon certains vieux écrits - et même vieux par rapport à moi. Brûlé par l'envie de partager mes connaissances, j'en parlai avec ma compagne de ballade.

« On dit que c'est un des premiers duo de directeurs qui avait eu l'exentrique idée de voulair faire ce sentier. un sentier fait qu'en marbre et de première qualité. Et il est protégé du Temps par un pouvoir de zone de terre. Regarde cette finition, c'est tout bonnement magnifique. »Je m'extasiais car j'adorai tout ce qui avait trait à la sculpture qui durait très longtemps. Je me sentai rajeuni, ce qui n'est pas une mince affaire. J'arborai un sourire vrai et frais. On s'apprétait à se remettre ne marche comme Naomi ouvrait la bouche pour me répondre.


Dernière édition par Ashe le Sam 7 Aoû - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Mar 27 Avr - 1:03

Je m’étais préparée dans ma chambre, je m’étais ramassée quelques choses à manger comme il me l’avait conseillé puis j’étais partie le rejoindre au Hall. J’étais certaine qu’il serait déjà même si j’étais légèrement en avance. Et j’avais raison, il m’attendait déjà. À peine arrivée à ses côtés, je lui dis que je lui suivais et on quitta l’intérieur de l’Académie pour s’éloigner je-sais-pas-où. Je marchais à ses côtés comme si c’était parfaitement normal sauf que ça ne l’était pas vraiment. Oui, je me sentais à l’aise à ses côtés même si j’étais un peu gênée mais ce qui n’était pas normal, c’était de marcher aux côtés d’un vampire à la tombée de la nuit pour une Cérémonie dont j’ignorais tout. Étrangement, je n’avais pas peur. Je lui faisais confiance, après tout, il ne nourrissait pas de sang humain. J’avais juste à faire bien attention à ne pas me faire mal si je tombais... non ?

Tout en veillant à ne pas m’éloigner de Ashe, j’observai les alentours avec attention. Les arbres qui nous entouraient étaient énormes, probablement centenaires, se tenaient droit. Des arbres majestueux, fiers, solides. Quand on tournait un peu la tête, on voyait sur le bord de l’eau des saules pleureurs magnifiques, dont les branches frôlaient l’eau. Le ciel, toujours teinté de plusieurs couleurs, était dégagé et les étoiles brilleraient autant que la Lune ce soir. La Lune... Elle était ronde, pleine et brillait déjà haut dans le ciel, illuminant doucement tout ce qui se trouvait sur Terre. C’était si beau que j’avais de la misère à croire que je ne l’imaginais pas. Je vis Ashe se pencher un peu vers moi et désigner d’un geste du bras le décor qui nous entourait avant de se mettre à parler.

« Apprécies-tu les lieux ? Pour moi, je ne pourrais jamais m'en lasser. C'est d'ailleurs par ici la première fois... la seconde fois aussi. »

Je sentis la tristesse, la nostalgie l’envahir puis se faire estomper par un sourire. Ce fut à mon tour de pencher la tête sur le côté, me demandant ce qu’il avait.

« C'est fou, tant de souvenirs qui me revienne quand je suis avec toi. »

J’eus un sourire d’excuse à son égard. Je faisais pas exprès et je me doutais que ça pouvait être sur de tout revivre dans sa tête. C’est pourquoi je ne répondis rien pendant un moment, prenant le temps de bien enregistrer l’image dans ma mémoire. Ce moment servit aussi à trouver ce que j’allais dire pour lui rendre le sourire tout en répondant à sa question. J’eus une idée et avant de la perdre, je l’appliquais. Heureusement, je ne parlais pas trop vite.

- Si j’apprécie... Non. J’adore ! À cause de l’effet de la lumière de la Lune, on se croirait dans un autre monde, celui des contes de fées !

Je pris de l’avance sur lui et m’arrêtai au milieu du chemin, tournoyant sur moi-même pour imager et désigner ce que je disais.

- J’images une fée qui sort de là ! Juste ici. Et là-bas, on peut facilement imaginer une cheval blanc comme la neige sortir du bois et traverser le chemin... ou s’envoler. Et les saules, quand il y a des lucioles, on pourrait croire que ce sont leurs larmes, qu’ils pleurent la perte de quelque chose, le chagrin de toute la planète. Et je suis certaine que la lumière se reflètent sur poissons. Et les étoiles... Elles sont si belles j’ai de la misère à y croire ! On dirait des milliers de diamants qui brillent seulement pour nous ! C’est magique ici.

J’eus un léger rire de joie puis je cessai de tourner et me retrouvai face à lui. Je lui fis un grand sourire puis me replaçai à côté de lui pour continuer la marche. Sauf qu’au lieu d’avancer, je le vis regarder le sol et remarquai finalement le sol de marbre, parfait, bordé d’images racontant probablement la création de la Terre ou un truc du genre...

« On dit que c'est un des premiers duo de directeurs qui avait eu l'exentrique idée de voulair faire ce sentier. un sentier fait qu'en marbre et de première qualité. Et il est protégé du Temps par un pouvoir de zone de terre. Regarde cette finition, c'est tout bonnement magnifique. »

Je regardai son expression, sentis vaguement ce qu’il ressentait. Il adorait. Ça le faisait se sentir plus jeune. C’est certain qu’après quelques centaines d’années, on ne doit plus se sentir tout jeune... J’essayais de ressentir, d’imaginer comment il se sentait mais je n’y arrivais pas. C’était peut-être mieux d’une certaine façon, je n’avais l’intention de dépasser la centaine pour le moment.

- C’est vrai que c’est très beau. Mais pour toi, ça doit représenter plus que pour moi pas vrai ? Est-ce que tu étais ici, à l’académie je veux dire, quand Kaede et.. euh... Kuromé l’ont fait faire ?

J’espérais ne pas m’être trompée en disant les noms. La fille, j’en étais certaine, mais pour le directeur, c’était plus une impression. Il devait bien l’avoir nommé une fois mais je pouvais aussi avoir dit n’importe quoi. J’attendis qu’il me réponde puis j’avançai de quelques pas pour lui faire comprendre qu’on pouvait repartir. Après tout, on pouvait bien parler et avancer en même temps. Je n’étais pas pressée, loin de là, mais je n’aimais pas vraiment rester plantée debout à seulement parler. Pas ce soir en tout cas.

- Juste une petite question, on arrive quand ? C’est pas que je sois pressée ou quoique ce soit mais je me demande, c’est tout.

J’avais posé la question tranquillement, sans en avoir réellement conscience puis j’enchaînai le reste très vite de peur qu’il ne le prenne mal. J’eus un léger sourire d’excuse et j’avançai en regardant mes pieds.

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Sam 1 Mai - 13:09

M’étant relevé, je la regardai, cherchant quelles phrases choisir en premier à Nao. Sans arrière-pensées - mais vraiment aucunes -, j’observai ses traits baignés dans la lumière lunaire, je les préférai à ceux du soleil. Ils laissaient place à une part de mystère qui rajoutait encore à la féerie des lieux. Y repensant après-coup, je ne voyait plus rien de gênant à cette invitation. Quelle pataquès, ils faisaient dans l’ancien temps. À y penser, je pensai encore, luttant pour me débarrasser peu à peu de ces entraves. Elle me fit part de ses impressions et je sus direct qu’elle était conquise par le décor. Elle s’avança et se mit à tournoyer sur elle-même. On sentait qu’elle était jeune à s’amuser ainsi, mais étrangement cela ne me déplaisait en rien.

- J’images une fée qui sort de là ! Juste ici. Et là-bas, on peut facilement imaginer un cheval blanc comme la neige sortir du bois et traverser le chemin... ou s’envoler. Et les saules, quand il y a des lucioles, on pourrait croire que ce sont leurs larmes, qu’ils pleurent la perte de quelque chose, le chagrin de toute la planète. Et je suis certaine que la lumière se reflète sur poissons. Et les étoiles... Elles sont si belles j’ai de la misère à y croire ! On dirait des milliers de diamants qui brillent seulement pour nous ! C’est magique ici.

Mot pour mot à ce qu’avait dit Kaede quand je l’avais initié à la Cérémonie. À croire que toutes les jeunes filles pensaient aux mêmes choses. J’hochais la tête, pour approuver, à ces si belles paroles. Enfin, il continua sur un ton gentil :

- C’est vrai que c’est très beau. Mais pour toi, ça doit représenter plus que pour moi pas vrai ? Est-ce que tu étais ici, à l’académie je veux dire, quand Kaede et… euh... Kuromé l’ont fait faire ?

Erreur, ma chère mais je n’en avais cure. Elle enchaîna sur sa dernière question mais non la moins importante.

- Juste une petite question, on arrive quand ? C’est pas que je sois pressée ou quoique ce soit mais je me demande, c’est tout.

- Rassurez-vous ma chère, on n’en a plus pour très longtemps. Quelques minutes, je dirais. Et puis, tu te trompe sur cette fresque. Enfin, ce n’est pas une erreur tragique, tu n’étais pas née à cette époque. »

Je me remis à avancer en tendant mon bras et l’autre pour porter mon paquet. Je la laissai dans le silence pour la taquiner un petit peu.

« Ma regrettée Kaede n’était pas encore née, elle aussi. Quant à Kuromé, il a dû assisté à la finition des travaux. Ce projet avait été instauré par un couple précédent le sien. Lorsque Kuromé me l’avait présenté, j’étais resté trois jours entiers à retracer les dessins et les inscrire sur un vieux livre. » Je marquai une pause pour réfléchir si je le possédait toujours. « Si ça t’intéresse, je pourrais te le montrer. Je dois l’avoir laissé à la Bibliothèque, espérons qu’il ait tenu le coup. »

Le chemin laissait bientôt la place à un petit sentier fait d’herbe d’un vert émeraude. Et en moins de temps qu’il fallut pour le dire, on arrivait à l’endroit que je souhaitais le lui montrer. L’endroit était légèrement incliné, s’arrêtant au cercle fait par le lac lui-même. Les quelques arbres qui se présentait aux abords étaient soit des saules pleures dont la grande partie des branches se prolongeaient sous l’eau. Les autres arbres étaient des cerisiers en fleurs dont les pétales s’envolaient au gré du vent. On avait l’impression d’être dans un de ces paradis issus de l’imaginaire de son auteur (ce qui est le cas, non ?). La Lune se reflétait sur la surface du grand plan d’eau et était brouillé par le clapotis que faisaient les oiseaux nocturnes qui plongeaient pour se nourrir. On assistait à la naissance de deux Lunes identiques. Des sœurs jumelles blanches et pures, épargné par le chaos de vie qui rythmait notre monde. Je fis quelques pas et m’arrêtai. Inspirant fortement comme pour que mon corps s’imprègne lui aussi de la magie de ce qui nous entourait. Nous nous arrêtâmes près d’une petite stèle en grès, assez discrète, comportant quelques symboles anciens. Avec l’aide de Kaede, nous avions réussi à comprendre son sens qui était très poétique.

« Cela vaut la peine de faire cette petite escapade nocturne, non ? Installe-toi, je vais préparer le début. »

Je posai le sac contenant quelques fruits et lançai à terre une nappe pour s’asseoir sans finir en vert (et contre tous). Puis je me dirigeais vers le bords de l’eau. Je pris soigneusement les deux torches que j’avais emmenés. Plantant la première fièrement d’un coup, je pris plus de temps pour la seconde, il fallait qu’elle soit parfaitement placé par rapport à la première et au lac. Finissant le travail, je sortis un petit briquet très vieux et entreprit de les allumer. Le résultat fait, elle produisirent ce qu’il fallait comme lumière pour ne pas gêner celle de la Lune. Les torches luisaient tout en diffusant une odeur d’huile de graisse. Je revint vers la jeune fille en m’installant, je pris une pomme où je croquai à pleine dents, en les dévoilant justement. Deux petites canines mais bien prononcées. Ouvrant une bouteille d’une boisson à la fleur de cerisier, je lui versait un verre tout en devisant nonchalamment.

« La Cérémonie va attendre un peu, pour l’instant, contemplons un peu ce paysage si magnifique. Et puis, parlons un peu de ce qui nous tient au cœur, ça nous videra l’esprit. À toi l’honneur, pose n’importe qu’elle question. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Lun 3 Mai - 0:43

Je m’étais émerveillée de l’endroit. À la lumière du jour c’était certainement très beau, mais à celle de la Lune, c’était féérique. Tout était nimbé de la lumière argentée de la Lune, créant une atmosphère, un lieu d’un autre monde. Un monde où tout est possible, où tout est paisible. Un lieu où les fées côtoieraient les humains, où les saules pleureraient vraiment et où les arbres partageraient leur sagesse. Quand Ashe, m’a demandé ce que je pensais de l’endroit, je lui expliquai tout ça en tournoyant sur moi-même pour lui désigner telle ou telle chose. Ensuite, il m’a parlé du chemin de marbre et moi, je lui ai parlé de mes suppositions et je lui ai posé des questions. Tout de suite après, sans vraiment lui laisser le temps de répondre, j’avançai d’un pas ou deux et lui demandai quand on allait arriver. Je m’étais aussi empressée de lui expliquer le pourquoi de la question : je n’étais ni pressée ni ennuyée, seulement intriguée. J’eus quand même un sourire d’excuse suite à la suite question et j’avançai les yeux rivés sur mes pieds jusqu’à ce qu’il me parle. Autant par politesse que par intérêt, je le regardai quand il me rassura... enfin, si on veut étant donné que je n’étais pas vraiment inquiète.

- Rassurez-vous ma chère, on n’en a plus pour très longtemps. Quelques minutes, je dirais. Et puis, tu te trompe sur cette fresque. Enfin, ce n’est pas une erreur tragique, tu n’étais pas née à cette époque. »

Et il arrêta de parler, me laissant me torturer l’esprit à tenter de trouver sur quoi je m’étais trompée. J’étais certaine qu’il savait que j’allais réagir comme ça et qu’il me laisserait mijoter pendant un moment. Certaine qu’il s’amusait bien de se côté à me voir me casser la tête pour ça. Même si j’avais voulu ne pas y penser, ç’aurait été impossible. Je tournais et retournais ce que j’avais dit en essayant de résoudre le problème. Le silence s’étira... s’étira... et il continua, enfin.

« Ma regrettée Kaede n’était pas encore née, elle aussi. Quant à Kuromé, il a dû assisté à la finition des travaux. Ce projet avait été instauré par un couple précédent le sien. Lorsque Kuromé me l’avait présenté, j’étais resté trois jours entiers à retracer les dessins et les inscrire sur un vieux livre. »

Je lui jetai un regard étonné. C’était encore plus vieux que ce que je croyais... Et en plus, il avait passé trois jours entiers à retracer les dessins. Je n’aurais jamais été patiente comme ça ! Trois jours... Je me mis à me demander s’il avait toujours ce bouquin, s’il voudrait bien me le montrer... et s’il valait la peine d’être vu. J’étais certaine que oui. Ashe devait s’être beaucoup appliqué à le faire. Peut-être que c’était quelque chose de personnel pour lui ? Que ça lui rappellerait de mauvais souvenir. Comme à peu près tout ce qui arrivait depuis que j’étais avec lui. Je commençais à demander si on avait bien fait de se rencontrer.

« Si ça t’intéresse, je pourrais te le montrer. Je dois l’avoir laissé à la Bibliothèque, espérons qu’il ait tenu le coup. »

Finalement, ça ne devait pas être si personnel, comme je l’avais d’abord cru, parce que c’était lui qui me le proposait. Je n’aurais probablement pas osé le demander ni même revenir ici pour mieux les regarder. Pour lui répondre, avant que son attention ne soit détournée par autre chose, je hochai la tête avec conviction. Un sourire éclairait à nouveau mon visage. J’aurais eu le goût de rire de sa dernière remarque, mais j’avais peur de le vexer. Je savais que si je l’avais fait et que ça avait été le cas il ne me l’aurait pas dit, mais je l’aurais quand même ressenti et tout de suite, je me serais sentie coupable. Son âge n’avait pas l’air d’être un point sensible, il devait avoir fini par s’habituer mais je préférais ne pas lui rappeler.

Le chemin de marbre laissa place à un sentier d’herbe et nous débouchâmes bientôt sur la rive du lac. Ici, on voyait clairement les saules qui plongeaient dans l’eau, donnant l’impression que c’était leurs larmes qui avait créer le lac. Tout autour de nous, les pétales de cerisier semblait flotter dans les airs et couvrir le sol en même temps. Des cerisiers... Je me souvins de la seule fois que j’étais sortie de chez moi avant d’arriver ici. J’étais entrée dans une boutique et j’avais commencé à parler avec la vendeuse. Elle m’avait dit que j’aurais pu avoir « Sakura » comme nom si j’avais été japonaise. Comme je ne comprenais pas très bien, elle m’avait expliqué que Sakura, c’était le mot pour cerisier. Elle disait aussi que la couleur de mes cheveux ressemblaient à la couleur des pétales de cet arbre... Mais je m’égare du sujet. Le fait que les pétales étaient partout, absorbant de la blancheur de la Lune, me donnait l’impression d’être vraiment dans un monde à part.

J’aperçus Ashe, un peu en avant de moi, entrain de prendre de grandes inspirations. Il avait vraiment l’air d’être dans son élément... On avança encore un peu pour se retrouver une stèle que je remarquai seulement après un moment tant elle était discrète.

« Cela vaut la peine de faire cette petite escapade nocturne, non ? Installe-toi, je vais préparer le début. »

J’eus un petit sourire et au lieu de m’asseoir par terre, je me penchai un plus pour regarder la stèle. Je ne comprenais pas ce qui y était écrit et je pris en note (dans ma tête) de demander plus tard à Ashe ce qu’elle voulait dire. J’ignorais combien de temps je m’étais attardée à la stèle et quand j’en détournai mon attention, Ashe était en train d’allumer deux torches. Je remarquai une nappe sur le sol et en déduisis qu’on allait s’asseoir là. Personnellement, me salir n’était pas une chose très dérangeante mais l’intention était bonne. Je m’y installai donc et attendis qu’il revienne, chose qui pris peu de temps. Il s’assit à côté de moi et prit une pomme dans laquelle il croqua à pleines dents. Je n’avais pu m’empêcher de regarder et quand j’aperçus ses canines, bien plus prononcées que celles de toutes les personnes que je connaissais, je détournai le regard. J’avais fini par oublier sa nature. J’espérais qu’il n’avait pas remarqué ce que j’avais fait. Apparemment, il n’avait rien vu parce qu’il me versa un verre de quelque chose tout en parlant.

« La Cérémonie va attendre un peu, pour l’instant, contemplons un peu ce paysage si magnifique. Et puis, parlons un peu de ce qui nous tient au cœur, ça nous videra l’esprit. À toi l’honneur, pose n’importe qu’elle question. »

Je pris le verre qu’il m’offrit et hésitai avant d’en prendre une gorgée. J’ignorais ce que c’était mais ça sentait bon. Je n’avais pas à m’inquiéter, je savais au fond de moi qu’il ne me ferait pas mal... pas volontairement du moins. Je portai le verre à mes lèvres tout en regardant les étoiles sur le lac. Le liquide coula dans ma gorge, doux avec une touche de cerise. Je tournai ensuite ma tête vers lui pour lui poser des questions, comme il l’avait demandé.

- J’ai deux questions qui me viennent en tête pour le moment. La première, c’est : Est-ce que ça t’arrive de te mordre la langue ? C’est un peu idiot mais bon...


Je sortis une orange de mon sac et commençai à l’éplucher, mettant les morceaux dans un petit sac de plastique que j’avais apporté en tant que poubelle improvisée. Je mangeai un morceau de mon orange en écoutant sa réponse. Ensuite, quand il eut fini de répondre à ma question idiote, je posai la deuxième.

- Qu’est-ce qu’il y a d’écrit sur la stèle ? Tu dois le savoir, non ?

Je finis par me rappeler que tout ce que je faisais ou disais lui rappelait des souvenirs, qu’ils soient bons ou mauvais. Dans ma tête, c’était tout embrouillé et j’ignorais pourquoi. J’avais peur de le vexer et de lui rappeler des mauvais souvenir, en même temps, j’avais le goût d’être avec lui, de lui parler de n’importe sans avoir à surveiller ce que je disais. Surveiller ce que je disais, c’est un peu exagéré, disons que j’essayais sans vraiment réussir. Je me mordais la lèvre de façon inconsciente et ce fut seulement quand il eu fini de parler que je réalisai que j’avais réussi à me faire saigner. Peu, mais tout de même. J’essuyai ma lèvre et m’écartai un peu en marmonnant un « Désolée, pas fait exprès » embarrassé.

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Ven 7 Mai - 20:05

« Eh bien non, ça ne m’est encore jamais arrivé. C’est l’air qu’on respire, c’est naturel. Vous les humains, vous êtes particuliers. Vous vous posez sans cesse des questions que d’autres pourraient trouvés futiles mais vous vous y accrocher. Je crois que c’est-ce qui manque aux immortels. »
C’était en parti vrai. Car nous -je parle là des vampires - nous intéressions rarement aux choses de tous les jours, préférant nous projeter dans l’avenir. Je concluais sur la première question, en me rafraîchissant le gosier avec une lampée de la bouteille de cerisier. J’avais bien fait d’avoir récupérer ceci. En prenant une deuxième gorgée, je vis une pétale de cerisier atterrir dans mon verre. Bon signe, il paraît.

- Qu’est-ce qu’il y a d’écrit sur la stèle ? Tu dois le savoir, non ?

- Eh bien, le message qu’il renferme est très intéressant. » Je me redressai et toucher la pierre d‘un geste affectueux. J‘en effleurai les mots et runes inscrites là-dessus. « J’explique comment nous l’avons découverte, je me promenais avec quelqu’un et nous avions décidé de nous témoigner un peu d’affection - je rougis involontairement - quand nous l’avions remarqué. Avec la personne susnommée, nous somme restés resté un mois à éclaircir les inscriptions anciennes. Il faut dire que cette stèle est âgée d’au moins un millénaire. Donc, finalement, le déchiffrement dit qu’il s’agit d’un message aux générations futures. De mémoire, il était dit que : "Ô toi voyageur, arrête-toi un instant et contemple ce que nous avons crée pour Nos Enfants, nous les êtres supérieurs de l’ancien monde. Réfléchis à tes actes et prends compte que tu n’es qu’un tissu du grand dessin qu’est le monde. Ce monde que nous avons crée avec amour et tendresse, regarde à travers nos yeux et vois ainsi le monde. Apporte nos paroles pour que Vos Enfants vivent dans le même dessin…" La suite, je ne sais plus exactement mais ils continuaient leurs paroles de bienveillance. »

Je me rassis, un peu vidé d’avoir autant parlé. Inconsciemment, je palpai les petites boules au fond du sac près de moi. Sans elle, la Cérémonie ne pouvait être accomplie. J’eu de grandes difficultés à m’en procuré, leur secret était si bien gardé. La Lune avançai, inexorablement, comme pour retrouver son amant le Soleil. C’est un histoire bien triste, les deux amants avançant sans jamais s’arrêter pour essayer de rattraper celui qu’ils aiment. Je soufflai, nostalgique. Ne pouvant résister à l’envie de les montrer avant l’heure, je sortis les deux sphères de verres poli, par un procédé magique. Sous les rayons lunaires, on avait l’impression qu’il avait une espèce de lucioles éthérée de toutes les couleurs, j’avais appelé ce phénomène les furiolucioles. Même la surface de l’objet changeai imperceptiblement de couleurs. Je finis par les poser entre nous deux pour qu’elle les regarde. Ce qu’elle ferait sans l’ombre d’un doute. J’eus soudain une question qui me tarabustait depuis notre rencontre.

« Quand tu me vois, n’as-tu pas un peur de moi, de ce que je pourrais faire de toi ? Car même je te dis que je ne bois pas de sang humain, je suis bien plus fort que toi et j’ai du mal à m’imaginer serein. J’aurais pour moi l’impression de m’avoir à côté d’un lion sauvage. Enfin, ce n’est pas si comme je pouvais le faire, plus maintenant en tout cas. »

J’essayai d’avoir l’air plus doux, moins prédateur. Je savais qu’en cet instant tout avoir féerique, donc je savais presque qu’elle me voyait pas vraiment comme cela ici mais dehors ? J’enchaînai avec une autre question pour changer un peu de sujet.

« Sinon, que feras-tu dans l’avenir ? Tu dois avoir un projet même s’il est encore à ces prémisses. »


[Je suis sincèrement désolé, je voulais ajouter la suite mais des empêchements m’ont obliger à les séparer en deux obliger. Ray devrait répondre alors on verra]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Jeu 13 Mai - 4:44

Je dois l’avouer, la stèle m’intriguait plus que de savoir si un vampire se mordait la langue – la réponse est non, c’est tout à fait naturel pour eux avoir des grandes dents – et je fus contente de l’entendre me répondre.

- Eh bien, le message qu’il renferme est très intéressant.

Il se redressa et effleura la stèle d’un geste affectueux avant de continuer. Moi, je me contentai de me prendre une gorgée de ce qu’il y avait dans mon verre en attendant la suite.

« J’explique comment nous l’avons découverte, je me promenais avec quelqu’un et nous avions décidé de nous témoigner un peu d’affection quand nous l’avions remarqué. Avec la personne susnommée, nous somme restés resté un mois à éclaircir les inscriptions anciennes. Il faut dire que cette stèle est âgée d’au moins un millénaire. Donc, finalement, le déchiffrement dit qu’il s’agit d’un message aux générations futures. De mémoire, il était dit que : "Ô toi voyageur, arrête-toi un instant et contemple ce que nous avons crée pour Nos Enfants, nous les êtres supérieurs de l’ancien monde. Réfléchis à tes actes et prends compte que tu n’es qu’un tissu du grand dessin qu’est le monde. Ce monde que nous avons crée avec amour et tendresse, regarde à travers nos yeux et vois ainsi le monde. Apporte nos paroles pour que Vos Enfants vivent dans le même dessin…" La suite, je ne sais plus exactement mais ils continuaient leurs paroles de bienveillance. »

Quand il disait qu’il se promenait avec quelqu’un, il parlait de Kaede, j’en étais certaine. Plus j’en entendais parler, plus j’avais envie de la rencontrer même si c’était impossible. Elle semblait vraiment gentille et je voyais bien que même si beaucoup de temps avait passé, il la portait toujours dans son coeur.
Je fus étonnée de savoir qu’ils avaient passé un mois à éclaircir le tout et, inconsciemment, je me demandai si c’était avant ou après avoir passé les trois journées à retracer les dessins du chemin. Simple réflexion sans grande importance.
Le message que la stèle portait me fit sourire même s’il n’y avait rien de drôle. D’instinct, je m’approchai d’Ashe et de la stèle et je posai doucement la main sur les inscriptions. Dès que ma peau entra en contact avec les « mots », une image me parvint : l’image d’un peuple ancien et jeune à la fois, il émanait d’eux une aura de bienveillance et de sagesse, de pureté et de compréhension. L’aura la plus douce, la plus belle qu’il m’avait été donné de voir. C’était rare que je les voyais mais quand ça arrivait, c’était toujours saisissant. Mais ce n’était pas tout, après, je vis la stèle et une mare de rouge tout autour, souillant le sol et les berges du lac. Je frissonnai et revins à moi.

Je clignai des yeux une fois puis une deuxième et ils reprirent leur teinte normale. Je savais qu’ils avaient encore tourné au rouge. Encore troublée par ce que j’avais vu, je constatai qu’Ashe était retourné s’asseoir près de son sac et je le rejoins, m’installant à une certaine distance de lui sans avoir l’air de l’éviter pour autant. Il soupira alors que je m’installais et il sortit de son sac deux petites boules de verre poli. Je penchai la tête sur le côté pour les regarder alors qu’il les tenait et je me penchai vers elles pour mieux les voir quand il les déposa entre nous. J’hésitais à les toucher, de peur de vivre une autre vision. C’était excessivement rare que ça se produisait et ça me dérangeait toujours. J’étais toujours plongée dans mes pensées et dans la contemplation des boules quand il parla, me faisant légèrement sursauter.

« Quand tu me vois, n’as-tu pas un peur de moi, de ce que je pourrais faire de toi ? Car même je te dis que je ne bois pas de sang humain, je suis bien plus fort que toi et j’ai du mal à m’imaginer serein. J’aurais pour moi l’impression de m’avoir à côté d’un lion sauvage. Enfin, ce n’est pas si comme je pouvais le faire, plus maintenant en tout cas. »

Sa question était sensée mais elle m’inquiéta un peu sauf que je ne le laissai pas paraître. C’était vrai que j’aurais dû avoir peur de lui, c’est certain, mais j’en étais incapable. Pour moi, il était rassurant de savoir qu’il y avait quelqu’un à côté de moi et je sentais bien qu’il ne me voulait pas de mal... Je le sentais...? Non. Je me concentrai et rien ne me vint. Le vide, l’absence d’émotion autre que ma soudaine inquiétude. J’étais isolée. Il recommença à parler mais je n’écoutais pas. Je m’imaginais une porte qui s’ouvrait et d’un coup, après quelques essais, tout me frappa. Je sentais tout en trop. La porte était trop grande, je la fermai un peu, les bruits s’apaisèrent sans s’éteindre, comme un bruit de fond. Enfin, un bruit... C’était plutôt dur à décrire, c’est seulement quelque chose que je ressentais tout autour de moi. Comme quand on est dans l’eau : ça nous entoure, on le sent pas mais on le sait.

« ... projet même s’il est encore à ces prémisses. »

Avec le petit bout de ce que j’avais entendu, j’en déduisis qu’il me demandait si j’avais des projets, pas nécessairement dans l’immédiat. Je réfléchis un peu.

- Je dirais mieux contrôler mon pouvoir et tenter de savoir ce qui s’est passé pour le massacre de la stèle.

Je plaquai une main sur ma bouche après avoir échappé la dernière partie. Je ne voulais pas lu dire que j’avais vu quelque chose, j’avais peur qu’il me réprimande, comme ma mère l’avait fait la seule fois où je lui avais dit.

Une femme blonde parcourait de long en large une maison ordonnée, déplaçant quelque chose ici ou là. On voyait bien qu’elle était pressé, sûrement en retard pour un rendez-vous pour son travail. Une petite fille au cheveux roses, très courts, était assis sur la deuxième marche d’un escalier face à la porte. Ses yeux était d’un rouge intense puis, d’un coup, ils devinrent rose, tout à fait normal pour elle. Elle avait la main posée sur le mur et derrière ce mur se trouvait un tuyau d’eau.
- Maman, regarde sur le bord du lavabo.
La dame cessa de s’agiter et prit le bras de la petite fille dans sa main, visiblement exaspérée.
- Ma puce, c’est gentil de vouloir m’aider mais je sais que les clefs ne sont pas là.
- Mais je viens de le voir dans ma tête !Je t’ai vu les déposer juste à côté de ta brosse à dents.
- Dans... dans ta tête ?
- Comme un film.
- Arrête ! Arrête ça tout de suite. C’est impossible de voir quelque chose comme ça ! Dans ta chambre et plus un mot.
La petite fille attendit que sa mère la lâche et quand ce fut fait, elle grimpa les escaliers en pleurant et s’enferma dans sa chambre. La dame trouve les clefs sur le bord du lavabo, à côté de sa brosse à dents.


Quelques secondes s’étaient écoulées depuis que je lui avais dit à propos de la stèle et du sang.

- Laisse tomber. C’est rien. J’ai rien dit.

Je détournai la tête et chassai un moustique qui venait de me piquer dans cou. « Pitié, faites qu’il ne réponde pas... pitié... raté... »

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Sam 26 Juin - 16:43

- Je dirais mieux contrôler mon pouvoir et tenter de savoir ce qui s’est passé pour le massacre de la stèle.

- Pardon ? Un massacre ? »

Qu’avait-elle dit ? Un massacre ? Sottises, Kaede et moi avions examiné la stèle sous toutes ses coutures pendant un mois sans trouvé autre chose que la traduction et le lien avec l‘Autel Noir, il y a trois siècles. Mais Naomi n’était pas du genre à me raconter un mensonge aussi extravagant. Je me relevais prestement et me dirigeais à la stèle. Planté devant, je concentrais mon pouvoir dans mes deux mains. Arrivé à un certain stade de saturation, je lançais des salves d’air au pied de la stèle faisant ainsi voler des gerbes de terre. Plus je creusais, et plus la stèle dévoilait d’autres symboles. Au final, j’avais déterré 30 bon centimètres de textes anciens. La traduction n’était plus dans ma tête mais certains mots m’étaient assez compréhensibles. Je lisais les mots, à voix basse, qui étaient : « Erreur, Folie, Guerre. » Et le mot en dernier lisible qui m’horrifia pleinement fut le véritable nom de l’Autel tel qu’il est gravé dessus.

« Espèce d’inconscient, esprits malades ! Vous vous êtes pris pour des Dieux et voyez ce qui vous est arrivé ! »

J’en hurlai tellement cette nouvelle avait détruit l’image que j’avais bâti d’eux. Pour me calmer, j’hurlai encore une fois et lançai un boulet de canon, - si immense qu’un novice mourrait d’épuisement -, fait d’air en direction du lac, je n’aurais pu tirer autre part sans blesser Nao. L’obus magique de trois pieds pénétra dans l’eau, brisant l’onde calme. Une immense gerbe aqueuse s’envola de plusieurs mètres en l’air, au milieu du lac. Enfin calme et épuisé dans mes réserves magiques, je ne m’approchai pas de Nao, qui avait sans doute pris peur de moi. Alors pour me faire pardonner et essayer de regagner sa confiance, je m’agenouillai et la suppliai de pardonner pour cette accès de folie.

« Je te demande pardon, je t’en prie. » Je relevais légèrement un peu la tête pour la regarder dans les yeux. « C’est que… que… j’ai découvert une chose inscrite dessus en rapport à autre chose qui aurait être catastrophique pour tout le monde. Je comprendrais cette fois que tu ne veuilles plus rien n’avoir à faire avec moi. J’accepterais également le châtiment que tu trouveras juste. »

Contre toute attente, elle me pardonna, ce qui me fit chaud au cœur, bien qu’une part de honte subsistait encore. Me relevant tout penaud, je me dirigeai en compagnie de Naomi à notre bivouac. Récupérant mon courage, je m’avançai et lui tendit ma main pour prendre la sienne. Il était l’heure de procéder à la Cérémonie. La lune avait enfin atteint le point que j’attendais depuis le début de notre arrivé ici. Les sphères de furiolucioles étaient dans l’autre main prêtes à l’utilisation. Et le trac arrivait pour me scier les jambes -jamais vraiment à l’aise avec ses trucs-là. Mais en bon gentleman, je ne montrerai rien pour ne pas inquiéter inutilement ma cavalière. Nous avancions doucement afin de ne pas briser à nouveau cette fragile ambiance féerique et nous arrêtâmes au milieu des deux piquets qui continuaient à brûler, indifférent à ce qui s‘était passé plus tôt.

« Bien, nous allons commencer. Si tu as encore des question, fais m’en part. »


[Voici après tant de temps la suite à la Cérémonie. On s'approche enfin de cette Cérémonie tant mystérieuse. Quelle rôle aura Naomi Shiro dans tout ça ? Pourquoi Ashe a-t-il dit "cavalière" ? Quel est l'usage des sphères ? Vous saurez tout dans le prochain épisode en cours de construction.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Mer 30 Juin - 4:50

Je détestais avoir des visions. Je n’en avais pratiquement jamais mais les seules fois où des vraies visions me sont venues, le flot de souvenirs, de sentiments et d’émotions me submergeait à un tel point que je perdais presque toutes mes forces à m’en sortir. Je n’aurais jamais dû toucher la stèle, ni même m’en approcher. Au début, c’était quelque chose de calme, de beau, de doux et en paix, l’instant d’après, c’était une mare de sang, souillant les berges et l’eau du lac. Un enfer rouge d’esprits fous. Je n’avais pas voulu lui dire, je ne voulais qu’ils perdent son idée de ce peuple disparu, je ne voulais pas l’influencer. Malgré tout, les mots s’échappèrent de mes lèvres et la réaction fut pire que ce à quoi je m’attendais...

- Pardon ? Un massacre ? »

J’avais prié intérieurement pour qu’il n’entende pas ce que j’avais dit mais je n’avais prié assez fort à ce que je voyais. Je le regardai se lever et déterrer la stèle. Quand il se mit à livre les mots, je m’approchai de lui et alors que j’allais poser ma main sur son épaule, il se mit à crier. Je reculai rapidement ma main et je fis un pas vers l’arrière. Comme je m’en voulais d’avoir échappé les mots que j’avais prononcés !

« Espèce d’inconscient, esprits malades ! Vous vous êtes pris pour des Dieux et voyez ce qui vous est arrivé ! »

Je me retenais. Je voulais partir, m’éloigner de tout ça et oublier que c’était à cause de moi. Je ne voulais pas voir Ashe agir de la sorte. Il hurla une deuxième fois et je fermai les yeux en attendant qu’il finisse. Je n’arrivais pas à me décider de partir plus loin, je réussis à faire un pas vers l’arrière, sans plus. Les yeux toujours fermés, j’attendais qu’il soit calme, qu’il redevienne celui que j’avais rencontré il y avait quelques heures. Le silence revint et quand j’ouvris les yeux, il était agenouillé plus loin en avant de moi. Il était à nouveau lui-même.

« Je te demande pardon, je t’en prie. »

Il releva un peu la tête, juste assez pour que nos regards se croisent et s’accrochent. Je ne me détournais pas. Je plongeai mon regard dans le sien et laissai des ondes de calme émaner de moi. J’ignorais pourquoi je ne l’avais pas fait avant, mais ça ne pouvait pas faire de tort.

« C’est que… que… j’ai découvert une chose inscrite dessus en rapport à autre chose qui aurait être catastrophique pour tout le monde. Je comprendrais cette fois que tu ne veuilles plus rien n’avoir à faire avec moi. J’accepterais également le châtiment que tu trouveras juste. »

J’eus un petit sourire. Moi ? Donner un châtiment à quelqu’un ?

- C’est vrai que j’ai eu peur mais tu es redevenu normal. Je ne vois pas pourquoi je ne voudrais pas rester. T’es pardonné.

Ça faisait étrange de dire ça. J’avais ressenti sa rage et je la comprenais alors je n’avais rien à lui pardonner étant donné qu’il n’avait fait qu’exprimer de façon plutôt... intense, ses sentiments. Tout simplement. Il se releva et on retourna là où on avait posé nos choses. Je le vis s’avancer un peu plus et tendre la main pour prendre la mienne. Je me laissai faire et souris sans le regarder en sentant ses émotions de façon plus marquée. Le contact physique amplifie la communication des émotions, je l’appris à cette occasion. Il avait le trac - je l’aurais su sans avoir mon pouvoir, j’en étais presque certaine – et pour le rassurer, je serrais sa main un peu plus fort dans la mienne. Il nous guida jusqu’entre les deux piquets qui brûlaient sur le bord du lac et prit la parole.

« Bien, nous allons commencer. Si tu as encore des question, fais m’en part. »

- J’ignore ce qu’on va faire mais je te fais confiance. T’as juste à m’expliquer au fur et à mesure, à me guider dans ce que je dois faire.

Je levai les yeux vers lui et lui souris. Je me demandais ce qu’on allait faire. Je ne connaissais rien de la Cérémonie dont il parlait ni quel rôle j’y jouais. Ça devait être un truc de vampire ou quelque chose de très ancien. Ça devait être quelque chose qu’on ne pouvait pas apprendre dans les livres et qui n’était pas vraiment connu. J’étais nerveuse à force d’anticiper la suite, me faisant pleins d’idées qui partaient avant que j’aie le temps de les imaginer. Je baissai la tête après quelques secondes et me demandai dans quoi j’avais bien pu m’embarquer.

- Je m’inquiètes pour rien, pas vrai ?

Comment mieux demander de se faire rassurer ? Aucune idée. Mais c’était comme ça que c’était sorti.




_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Mer 28 Juil - 19:47

La résolution. Ce sentiment qui permet d’accomplir de grandes choses, ce soir en particulier, Naomi Shiro fera l’expérience d’une aventure qui changerait sa vision du monde. J’en étais persuadé. Toujours main dans la main, nous contemplions le lac baigné par la douce lumière de la Lune, retardant encore un peu le début de la Cérémonie. Je souriais à la question de Nao. Je la rassurai en lui disant que le vieil homme éprouvé que j’étais ne l’entraînerait jamais dans un truc où elle pourrait risquer sa vie et son honneur. La seule chose que je lui demandai était d’enlever ses chaussures et marcher pieds nus, ce que je fis également. Ma volonté fléchissait un peu, en perdant sa main, avant de retrouver de sa superbe. D’un geste résolu et décontracte, j’envoyais les deux sphères polies et magiques à une distance raisonnable de nous. En entrant en contact avec l’élément aqueux, les boules de furiolucioles s’évaporèrent et leur contenu vola avant d’entrer à leur tour.

« Bien commençons. » Je me tournais vers la petite humaine, tout en gardant sa main dans la mienne - j’aimais le contact rassurant de quelqu’un. « Je dois entonner un passage dans une langue ancienne. Je te donnerais la traduction après si tu es toujours curieuse. Hm, hm, ioratna jalia Ashey Stempeadia kyounsi jokri dip purepele Naomia Shirashna ymathna daïre straite jalia di Moonia jakna tolios thi’ri… »

Je continuai à chanter encore un moment avant de laisser ma voix mourir dans l’air. Au moment donc, où j’arrêtai de chanter, j’avançai sur l’eau et posa mon pied dessus sans m’enfoncer. Alors j’invitai ma cavalière à faire de même. Je sentais sa réticence mais elle fit un effort et marcha elle-aussi sur l’eau. On atteignit l’endroit où je les avais lancées. L’effet magique commença à se faire sentir. Un léger frémissement dans l’air, un son cherchant un endroit où se poser et reproduire les même notes gracieuses et envoûtantes. Un son du passé qui revenait fugitivement et qui donnait un instant de douce mélancolie. Les bords du lac s’irisait de toutes les couleurs.

Je l’invitai à me donner son autre main, et profitant de cela, m’approcha près de son oreille pour lui dire un seul : «
La danse ». Bon, d’accord ça fait deux mots mais ne jouons pas sur les mots - et surtout sur leur nombre. La danse ressemblait à une valse qui avait eu cours à la grande époque de la Renaissance, mais elle s’en détachait au fait qu’elle était plus entraînante, moins orgueilleuse, je dirais. Au rythme de nos pas en perpétuelle rotation, l’eau eut un changement soudain, je savais pertinemment ce qu’il en était mais pour Naomi, cela devait être très troublant. Puis, le flot se transforma en geyser en créant cependant une petite plateforme pour nous permettre de danser. Quant à nous, notre danse s’intensifia, prenant plus d’énergie mais je le sentis à peine. J’étais subjugué par la beauté des lieux amplifié par les furiolucioles qui volait autour de nous. On disait d’elles qu’elles étaient le concentré d’âmes de personnes au cœur pur. Tout en dansant, je regardai de temps en temps le visage de ma jeune cavalière.

« Vous êtes très en beauté, ma chère. » J’espérais qu’elle se livrerait aussi au petit jeu que j’avais lancé. « Je pense que cette nuit sera gravé en vous, non ? »


[ Brr que de emrveilles pour la jeune humaine, mais à quoi joue le vampire à sa cavalière ? Que de questions... ]


[ HRP : Si tu veux continuer ou arrêter de danser - au passage tu danses très bien ^-^ - à toi de voir ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Ven 6 Aoû - 19:38

- Je m’inquiètes pour rien, pas vrai ?

Oui, je m’inquiétais. Je devais arrêter de me faire des idées mais c’était plutôt dur. Qu’est-ce que vous feriez si un vampire vous tenait par la main et que ressentiez ses émotions en plus des vôtres ? Je savais pas ce qu’il pensait alors moi, je me posais des questions. Et à force de poser des questions, je me faisais des idées et c’était toujours des bonnes ou des jolies idées. Parce qu’en général Vampire + Rituel ne fait pas un très bon mélange quand y’a une humaine d’inclue dans l’équation. Il avait beau végétarien, je me demandais et donc je m’inquiétais. Et puis, c’était pas seulement de ma faute, il juste à ne pas avoir le trac et ça m’aiderait un peu.

Il me rassura en me disant ni ma vie ni mon honneur ne risquait quoi que ce soit. Ça m’aidait un peu et la curiosité finit par l’emporter sur l’inquiétude. Je devais être pieds nus... C’était étrange mais bon, j’obtempérai sans chigner, prenant momentanément des vacances de ses émotions. Il allait falloir que je m’endurcisse parce que j’avais l’impression d’être deux personnes à la fois quand ses émotions étaient trop fortes.

En finissant d’enlever mes souliers, je le regardai envoyer les boules, que j’avais observées plus tôt, dans le lac. Au contact de l’eau, La surface des sphères disparut et le contenu flotta dans les airs un instant avant de se fondre dans l’eau. Le spectacle ayant accaparé toute mon attention, je m’empressai de finir d’enlever mes souliers et mes bas pour aller le rejoindre. Il reprit ma main et se mit à parler. Il m’annonça que nous commencions et ajouta après s’être tourner vers moi :


« Je dois entonner un passage dans une langue ancienne. Je te donnerais la traduction après si tu es toujours curieuse. Hm, hm, ioratna jalia Ashey Stempeadia kyounsi jokri dip purepele Naomia Shirashna ymathna daïre straite jalia di Moonia jakna tolios thi’ri… »

Je croyais reconnaître quelques mots mais je n’en était pas certaine. Il continua de chanter et sa voix s’éteignit doucement dans l’air. Il chantait bien et l’apprendre m’avait étonné un peu, mais seulement un tout petit peu. Quand le silence était revenu, il avait fait un pas. Dans le lac. Et il ne s’était pas enfoncé comme je croyais qu’il allait le faire. Il me regarda, m’invitant à faire comme lui. Sceptique, je fis un pas en fermant les yeux, m’attendant à me mouiller les pieds. Je rouvris les yeux et regardai mes pieds, stupéfaite. Je flottais aussi. Je le suivis jusqu’à l’endroit où les sphères s’étaient évaporées et un frisson me parcourut. La magie se faisait sentir autour de nous. Les bords du lac s’illuminait de toutes les couleurs imaginables. J’étais un peu... Très dépassée par ce qui se produisait autour de moi. Et encore, je n’avais pas vu la suite.

Ashe me tendit une main et je compris que je devais y poser la mienne. Il profita du moment pour s’approcher de mon oreille d’y souffler deux mots : La danse. Danser ? Moi ? Il se moquait de moi, c’était certain... ou peut-être pas, après tout, je marchais sur l’eau !

La Danse... Je le suivais, regardant mes pieds au début pour ne pas trébucher puis je finis par comprendre et je me laissai guider. Je regardais un peu partout, m’arrêtant souvent sur le visage de mon cavalier pour lui sourire. Je remarquai finalement à quel point il était grand comparé moi. Ça faisait sentir encore plus jeune, plus insignifiante... L’effet fut de courte durée : l’eau était moins calme, du moins, c’était mon impression. La seconde où je baissai les yeux pour voir ce qui se passait, je vis que le lac s’éloignait. Sauf qu’on dansait toujours. Encore plus vite, encore mieux. Sur une plateforme d’eau, à plusieurs mètres de la surface. Ce qu’on voyait, quand on s’attardait à autre chose que notre position sur la Terre... sur l’eau... dans le ciel... quand on s’attardait à autre chose que l’endroit où nous étions, c’était tout bonnement magnifique. Je ne cherchais pas à savoir ce que je voyais mais je tentais d’en graver l’image dans ma mémoire. Je souriais. La voix de Ashe perça mes pensées et je me tournais vers lui.


« Vous êtes très en beauté, ma chère. »

Je manquai un pas et m’agrippai à lui pour ne pas tomber. Il n’étais sûrement pas sérieux, je n’avais pas à m’en préoccuper. Il prenait sûrement ça pour un jeu ou un truc du genre... Étrangement, malgré le contact physique que j’avais avec lui, je n’arrivais pas à savoir ses émotions. C’était comme s’il y avait des interférences. Dans un autre sens, c’était probablement mieux comme ça, j’avais de la difficulté à savoir que je ressentais en ce moment de là à me préoccuper de lui et de ses états d’âme...

« Je pense que cette nuit sera gravé en vous, non ? »

C’était peu dire. J’allais sûrement m’en souvenir toute ma vie. Une chose comme ça ne s’oublie pas. Jamais. Même amnésique, je crois que je m’en souviendrais. J’allais m’y accrocher et une fois rentrer, j’allais mettre tout mon temps à mettre sur papier, tant en mot qu’en image, ce que j’avais vu et ressenti aujourd’hui.

- J’y penserai jour et nuit, bel homme.

J’avais vraiment dit ça ? C’était moi qui avait dit ça ? J’ouvris la bouche, puis la fermai, levai les yeux vers lui puis les baissai sur mes pieds, je rougis. Je ne savais plus où me mettre. J’avais dit une chose idiote, vraie mais idiote quand même. Je continuais de suivre ses pas sans oser le regarder. J’avais le goût de disparaître et en même temps, j’étais bien où j’étais. Je n’y comprenais plus rien. Qu'est-ce qui me prenait de dire des choses comme ça ? Peut-être que c'était le fait que j'étais peu habituée à côtoyer des gens et encore des vampires qui me faisait agir de cette façon trop franche et trop... étrange à mes yeux. M'excuser ne servirait à rien...

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Mar 28 Sep - 20:50

La danse durait depuis un moment mais, c’est à peine si je sentais le temps passer. Le geyser, crée par la puissance des furiolucioles, était prodigieux. Sa présence était tenu, comme s’il chantait, d’un voix cristalline. À plusieurs mètres au-dessus du sol - enfin au-dessus de l‘eau-, nous dansions sur un air depuis longtemps oublié par le Temps. Nous virevoltions, sans nous soucier du monde qui nous entourait, trop transportés que nous étions par l‘allégresse du moment. Comme si l’on savait qu’il pouvait disparaître à tout moment et pour toujours. L’ombre d’un sourire s’installa sur mes lèvres froides. La beauté de ma compagne était à couper le souffle.

Les paroles que j’avais prononcer me revenaient. Plus j’y pensais, et moins j’étais persuadé qu’il s’agissait d’un jeu. Toutes sortes de reproches m’assaillirent. Tout d’abord que j’étais fou, que la différence entre nous était bien trop importante (c’est sûr que 408 ans pouvait refroidir). Qu’ensuite, l’amour toujours intacte envers Kaede était toujours présent. Mais cette dernière remarque ne faisait pas trop le poids, car je savais qu’elle ne m’en voudrais jamais si je songeais à goûter à nouveau au bonheur. Au contraire, elle m’encouragerait avec sa manière si maladroite. Mon visage devait refléter toutes ces choses, mais je m’en souciais guère. Et puis, répondant à ma première phrase, elle lança de but en blanc :

- J’y penserai jour et nuit, bel homme. »

Se rendant compte, trop tard, de ses paroles, elle voulut continuer mais aucun son ne sortait de ses lèvres. Et comme à son habitude, baissai puis finit par rougir. Touché par tant d’émotions, quelque chose se brisa au fond de mon cœur. Depuis, vraiment longtemps, je me sentais vulnérable mais heureux. Nous étions arrivé à un carrefour, et il fallait prendre une décision sur la suite des évènements. Hésitant, je la fis tourner sur elle pour cacher mon trouble. Mais qu’est-ce que je fais ? Vais-je laisser passer cette chance de devenir plus « humain » ? Me giflant mentalement, je me rapprochais d’elle doucement et arborais mon plus beau sourire. La manœuvre que l’allais effectuer dans peu de temps était risqué et je ne voulais pas la brusquer. Je connaissais son passé mais sur ce terrain, étais-ce la première fois ? Sans doute, mais il ne fallait pas céder à la facilité.

« Permettez mademoiselle de vous voler ce baiser qui reflète entièrement ma pensée. Je suis captif de votre beauté naturelle - magnifié par les furiolucioles. »

Et je la fis pencher en arrière pour poser mes lèvres sur les siennes en un doux baiser, mais ô combien passionné. Les étranges lucioles se teintèrent de rose, s’accordant avec l’évènement. Un temps passa, avant que je la relève et de détacher ma bouche de ses si douces lèvres roses rouges. Un éclair de déception passa entre nous à l’idée d’être séparé.

La magie des furiolucioles se dissipait lentement, la plateforme diminua. Nous regagnâmes la petite plage. Les torches s’éteignirent elles aussi, fatigué par l’effort que je leur avait demandé. Nous fûmes bientôt éclairés que par la lumière blanchâtre de la lune dans le ciel. Ne résistant pas, je pris l’incitative de l’embrasser à nouveau mais cette fois-ci que d’un fugitif baiser. Je guettait ces yeux si spéciaux à la recherche d’une approbation avant d’aller plus loin. Peut-être que ma hardiesse avait tout fait capoté. Mais je priais le ciel pour que ce ne fut pas le cas. J’attendais sa réponse. J'en mourrais si elle me rejetait...


[Han le retard. Je m'en excuse platement]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Jeu 7 Oct - 4:10

[ça valait la peine d'attendre ^^]

J’étais horriblement gênée des paroles que j’avais prononcées, comme si ma bouche était reliée à mon cœur– qui battait la chamade – et non à mon cerveau. Les yeux rivés à la plateforme d’eau, je n’osais voir sa réaction. Peut-être que si je levais les yeux, j’allais voir un sourire moqueur ? Ou un embarras semblable au mien ? Peut-être qu’il serait fâché de mes paroles ? Non, pas cette dernière option, c’était qui avait commencé ! Il me fit tourner et je ne pus m’empêcher de lever les yeux quand je fus de nouveau face à lui. Il semblait incertain mais au fond de son regard, quelque chose changea et il se rapprocha un peu de moi. Un instant, je crus qu’il allait m’embrasser mais la simple idée me fit rougir à nouveau. Je n’étais si importante que ça, c’était surestimé ma place dans son cœur. Du moins, c’était ce que je croyais avant qu’il ne se mette à parler.

« Permettez mademoiselle de vous voler ce baiser qui reflète entièrement ma pensée. Je suis captif de votre beauté naturelle - magnifié par les furiolucioles. »

Le temps que je mis à comprendre ses paroles, il m’avait déjà penchée un peu vers l’arrière avant de poser ses lèvres sur les miennes. Je passai plusieurs états d’âme et réflexions en quelques secondes seulement. Je commençai par réaliser ce qu’il avait dit, puis ce qu’il faisait, je rougis et je finis par me laisser faire. C’était une chance qu’il me soutenait car mes jambes flanchèrent et je crois que j’aurais fait un plongeon qui m‘aurait valu un 10/10 à coup sûr. Je finis par accrocher mes mains sur ses épaules et l’instant qui suivit fut le plus beau de ma vie. Le temps passa comme un éclair et malheureusement, il mit au fin au baiser. Un vent de déception se fit sentir entre nous mais, la plateforme retournant rapidement à la hauteur du lac, s’attarder sur la surface de l’eau nous vaudrait une baignade forcée en peu de temps et donc, nous retournâmes sur la berge. À peine le pied posé sur le sable, les torches s’éteignirent et seule la lumière de la lune nous éclairait. C’était sûrement un effet secondaire du fait d’avoir reçu mon premier baiser, mais je trouvais que la situation avait un petit quelque chose de romantique.

Je jetai un coup d’œil autour de nous et quand je croisai son regard, j’y restai accroché. J’avais l’impression d’être attirée vers lui comme un aimant et le plus étonnant était que la gêne que j’aurais dû ressentir se dissipait lentement. Il se pencha et, d’instinct, je levai la tête vers lui. Un nouveau baiser, plus court mais tout aussi explicite. Avec lui, j’oubliais mes cheveux roses et mes yeux rouges. D’ailleurs, en parlant d’eux, il y plongea les siens. J’ignorais ce qu’il y cherchait mais s’il ne trouvait pas, c’était qu’il ne savait pas regarder. J’avais pourtant l’impression d’être un livre ouvert face à lui.

Je finis par baisser les yeux, ne sachant quoi faire ou dire.


- Tu...

Je regardai autour de nous, cherchant une idée. Le reflet de l’eau me donna une idée.

- ...veux te baigner ?

J’avais comme la soudaine envie de nager. Peut-être que bouger me détendrait ?

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashe The Stempead
Directeur impitoyable
avatar

Messages : 2717
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 27
Localisation : ImaginationLand

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Ven 17 Déc - 14:12

L’endroit était féérique, le temps n’existait plus, aucun souci ne venait nous accabler. C’était peut-être cela, le Paradis pour les humains. Je me perdais dans les yeux de ma compagne - j’allais peut-être trop vite en besogne ? -, et ne prit que peu d’attention lorsqu’elle ouvrit la bouche. Elle tourna la tête puis souffla qu’elle voulait se baigner. J’eus un mouvement de recul, nous partagions les mêmes sentiments certes, mais pas au point de se baigner ensemble. C’était contraire à mes règles de bienséance.

« Je… je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C’est trop prématuré pour moi. Je suis désolé, dit-je d’une voix atone.

Je lui proposais donc de rentrer. J’avais l’impression de la jeter un peu brutalement mais, en réalité, je commençais à paniquer. Comme avec Kaede, tout allait trop vite, notre rencontre, nie vie ensemble. Je la voyais disparaître sous les eaux, comme l’on m’avait arracher Kaede. Nous emballions les affaires - je laissais là les torches pour une prochaine fois - et au moment de partir, je lui pris sa main pour que nous marchions ensemble. J’arborai, pour la charmer, mon plus beau sourire.

Nous arpentions le Sentier en sens inverse, et les frises de chaque côté semblait se dérouler sous nos yeux. Ils fonctionnaient à la manière d’un dessin animé. On croirait les fresques vivantes. Ainsi, le retour semblera plus court qu’à l’aller. Tout se passa très bien jusqu’au moment où un mouvement du coin de l’oeil attira mon attention. L’endroit était toujours désert, pas une créature ne se baladait dans les enivrons la nuit. Tout cela commençait à sentir mauvais. D’ailleurs une odeur étrange, comme émanant d’un golem. Mais c’était ridicule, les golems encore en vie sévissaient dans l’Ouest seulement.


« Je crois que nous allons changer de moyen de déplacement, ma gente dame. »

Je la pris dans mes bras et courut. Je ne lui avais pas dit qu’une menace possible nous tombait dessus, cela n’aurait que l’alarmer. Les golems n’étaient pas rapides, mais il semblait bien trop proche. Une seule solution s’imposait, je devais utiliser ma maîtrise de l’air. Je rassembla le vent autour de mes pieds pour glisser dessus. Telle une fusée, je fila à toute allure. Les cheveux de Naomi battait doucement mon visage. Le sien, collé à ma poitrine, entendait-elle les battements accélérés de mon cœur ? La silhouette de l’Academy naissait des ténèbres, je me permit un soupir de soulagement, au moins le champ de force empêcherait le monstre d’approcher de mes élèves. Je finis - à contrecœur - par déposer Naomi sur le sol du Hall. Ses cheveux étaient tous ébouriffés, cela me fit sourire.

« Je vais devoir vous laisser là. Une affaire urgente m’appelle. » Je fis une pause, où je pris mon air taquin. « Nous devrions refaire ça, une prochaine fois. »

Et je l’embrassai comme si le monde allait disparaître dans la seconde qui venait, et je ressortis. Je ne sus si elle vit mon visage passer du d’un air enjoué à un plus grave, où toute émotion était bannie. Une fois hors du champ protecteur, je grimpa à un arbre majestueux. Comme prévu, le monstre de pierre venait en ligne droite. Je pris mon élan et sauta de l’arbre pour atterrir juste devant lui.

« Toi ?! Je pensais que tu étais mort depuis le temps, répondis-je à ce monstre si familier.

- Grash -il semblait avoir du mal à prononcer. Grom vouloir Grashe. Grom manger Grashe.

- Ah ça c’est pas possible tu sais. Va-t-en ou je te détruirais !

- Grash petit, Grom grand, fort. Grom écraser Grash. Grom manger réserve à Grash
, conclu-t-il en pointant du doigt mon Academy.

J’entama en lui lançant une salve tranchante, mais j’étais encore épuisé de l’autre fois, et l’attaque faiblit et ne le blessa que très peu. J’étais mal barré. Grom écarta ses immondes lèvres et poussa un cri de joie qui effraya tous les animaux de la forêt noire. Nao l’avait-elle entendu ? Grom pris son élan et chargea. Une journée qui avait si bien commencer.
… La vie est capricieuse.


Dernière édition par Ashe The Stempead le Lun 17 Jan - 16:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomi Shiro
Maîtresse des émotions
avatar

Messages : 2224
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 22
Localisation : Loin de toi, probablement

MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   Dim 16 Jan - 6:27

J’étais à court d’idée. Je ne savais pas quoi faire ni quoi dire. Je voulais seulement rester plus longtemps avec lui. après un regard autour de nous, j’avais proposé une petite baignade, rien de bien méchant mais...

« Je… je ne pense pas que ce soit une bonne idée. C’est trop prématuré pour moi. Je suis désolé »

Je rougis en baissant les yeux – que j’avais levés vers lui pendant qu’il me répondait. Pour moi, ça ne signifiait rien se baigner tous les deux, mais peut-être que pour lui, ça avait une tout autre signification. De toute façon, comment est-ce que je pourrais savoir ce que ça veut dire ? Je n’étais jamais sortie de chez moi, littéralement. Enfermée dans ma maison, à lire pour échapper aux murs qui m’entouraient.

Il me proposa de rentrer et je hochai silencieusement la tête, sans grande conviction. Je l’aidai à remballer les choses sans dire un mot et dès que j’eus mis mon sac sur mon épaule, quand le temps de partir arriva, il prit ma main en faisant un sourire que fit fondre. À nouveau, le rouge me monta aux joues, léger mais présent. On rejoignit le chemin et j’observai attentivement la frise qui revivait sous mes yeux. C’était encore plus beau, plus impressionnant de la voir en sens inverse. Si je n’avais pas été aussi fascinée par l’histoire qui se déroule au rythme de nos pas, j’aurais pu remarqué l’odeur ou le changement d’atmosphère. J’aurais pu, mais ce n’était pas le cas.

« Je crois que nous allons changer de moyen de déplacement, ma gente dame. »

À la seconde où je levai les yeux vers lui, il me prit dans ses bras et se mit à courir. Surprise, je m’accrochai à lui en me demandant ce qu’il se passait. Puis, tout d’un coup, je sentis qu’il accélérait. J’avais même l’impression de flotter, mais au lieu de vérifier, je cachai mon visage contre lui en attendant qu’il me repose. Je préférais, et de loin, marcher. C’était plus... naturel. Même notre danse au dessus de l’eau m’avait paru moins stressante, plus normale que cette « course » inopinée.

Je le sentis soupirer plus que je ne l’entendis et peu de temps après, il me déposa dans le Hall. Je passai une main dans mes cheveux pour les replacer et remarquai que mes élastiques s’étaient perdus en chemin.

« Je vais devoir vous laisser là. Une affaire urgente m’appelle. »

Je n’osai poser la question qui me brûlait les lèvres : Son « affaire urgente » devait avoir un lien avec son petit sprint, pas vrai ?

« Nous devrions refaire ça, une prochaine fois. »

Son air autant que ses mots me firent rougir mais cette fois, je ne baissai pas les yeux. En fait, je n’eus pas le temps. Il m’avait embrassé comme si c’était la dernière fois puis il partit, me laissant plantée là, complètement ébahie, les doigts frôlant mes lèvres.

J’avais cru voir son visage devenir grave, mais je l’avais sûrement imaginé. Je tournai les talons et retournai à ma chambre. Une fois arrivée, je me laissai tomber sur mon lit en me demandant si j’allais me réveiller ou si j’avais vraiment tout ce qui c’était passé. J’entendis un bruit sourd, mais je m’endormis aussitôt après, si bien qu’au lendemain, j’avais oublié ce cri.

_________________
Merci à Khino-chan ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Cérémonie de la Lune [Naomi / libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un soir de pleine lune
» Les taches de la lune
» Comprendre la lune
» [MARIAGE] Cérémonie { Tous les invités }
» Cérémonie (Remise de seigneuries/Passation de pouvoir) 1/2 - février 1458

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mysterious Academy :: Salle des archives :: Archives RP-
Sauter vers: